Contenu vedette

Nucléaire : revoir notre notion de risque

Au quotidien, le risque se trouve partout autour de nous. Nous prenons constamment des décisions en fonction de la manière dont nous le percevons. Qu’il s’agisse de nos projets de voyage, de notre trajet pour aller au travail, de nos relations avec les autres ou même de nos idées sur des questions sociales et politiques, tout découle de notre perception du risque. Les parents s’efforcent d’atténuer les risques auxquels leurs enfants sont exposés, et il arrive souvent que les messages concernant les risques soient contradictoires ou trop complexes pour être facilement compris.

Dans son tout dernier projet, intitulé « Risk Factor », le documentariste Robert Lang étudie le risque et l’évaluation du risque avec l’aide d’experts internationaux. « C’est une question complexe. Nous sommes tous exposés à des risques et nous réagissons en conséquence, de manière consciente ou non. Presque chaque soir, les nouvelles se font l’écho de ces risques, qu’il s’agisse du virus Zika, d’une attaque terroriste ou d’une question de santé, comme les bienfaits ou les dangers de la consommation de café, par exemple. »

Le concept de risque inclut aussi notre perception des changements climatiques et des risques associés à certaines sources d’énergie telles que l’énergie nucléaire.

« Je suis écologiste depuis de nombreuses années et, pendant très longtemps, je me suis opposé au nucléaire. Je me méfiais de toute forme de rayonnement à cause de la menace de catastrophe nucléaire que je percevais… en général, cela correspond au point de vue auquel on s’attend de la part des écologistes, explique Robert Lang. Mais lorsque vous commencez à examiner les faits et à peser les risques relatifs, sans mettre tous les risques liés à la radioactivité dans le même panier, vous aboutissez à un résultat plus nuancé. L’énergie nucléaire et les rayonnements offrent de nombreux avantages. Je dirais que ce film m’a permis de confronter certaines de mes idées préconçues et ma compréhension de ce qui se passait dans ma ville natale, Port Hope. »

La sûreté de la production d’énergie nucléaire est souvent passée sous silence. Or, une analyse de la sûreté de chaque source d’énergie a démontré que l’énergie nucléaire fait partie des formes de production d’énergie les plus sûres. Ces auteurs ont calculé le nombre de décès par terawatt-heure. En fait, seule la production des systèmes solaires de toiture fait moins de morts que le nucléaire, qui se révèle être plus sûr que l’énergie éolienne, l’énergie hydraulique et même le gaz.

Un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique sur les impacts de Fukushima met en évidence les idées fausses qui circulent au sujet de la sûreté nucléaire. Le 11 mars 2011, le plancher océanique s’est fissuré, causant un puissant séisme et un tsunami dévastateur, avec des vagues de plus de 10 mètres de hauteur. Plus de 15 000 personnes ont perdu la vie et des milliers d’autres ont été portées disparues. En revanche, l’accident survenu dans la centrale nucléaire de Fukushima n’a fait aucune victime directe. Dans les faits, le « Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR) a établi qu’aucune incidence accrue discernable d’effets sur la santé liés au rayonnement n’est attendue parmi les membres du public exposés et leurs descendants ».

Robert Lang espère que son enquête au sujet du risque nous amènera à revoir nos idées préconçues et à distinguer la réalité de la fiction. Le réalisateur constate que la manière dont nous percevons le danger est liée à notre appartenance culturelle. Nos interactions et nos réseaux sociaux reposent en grande partie sur notre tendance à prendre le même parti que des personnes qui nous semblent partager un état d’esprit similaire.

Robert Lang sera présent en qualité d’invité spécial et animera l’atelier consacré aux affaires publiques à l’ANC2018, où son film « Risk Factor » sera projeté. Pour en savoir plus, allez à : https://cna.ca/2018-conference/