Contenu vedette

Le nucléaire : l’avenir énergétique propre du Canada

Dans l’optique d’atteindre les cibles mondiales dans la lutte contre le changement climatique, la technologie nucléaire joue un rôle important.

En collaboration avec d’autres pays, notre industrie nucléaire peut contribuer à fournir une énergie propre et abordable dans le monde entier, y compris dans des pays comme l’Argentine, la Chine, la Corée du Sud, la Roumanie et l’Inde. Les investissements de notre industrie dans des technologies nucléaires novatrices peuvent nous permettre de fournir non seulement une énergie propre à des communautés éloignées, à des sites d’extraction de ressources et à des réseaux électriques provinciaux, mais aussi des solutions de dessalement. L’avenir nucléaire du Canada est propre, concurrentiel et capable de procurer de l’énergie aux communautés qui en ont tant besoin, tout en contribuant à la lutte contre le changement climatique.

Du côté canadien, notre technologie de réacteurs nucléaires et nos exportations d’uranium ont permis d’éviter globalement, au cours des 30 dernières années, au moins un milliard de tonnes de CO2 (en remplaçant les sources de combustibles fossiles). L’uranium de Cameco, plus grande société minière d’uranium au Canada, alimente à lui seul 1 maison sur 18 aux États-Unis et 1 maison sur 10 au Canada. Voilà qui représente énormément d’émissions de GES évitées. Grâce à la technologie canadienne CANDU, nos réacteurs nucléaires fournissent de l’énergie propre, abordable et sobre en carbone, et produisent environ 60 % de l’électricité en Ontario et le tiers de celle du Nouveau-Brunswick.

La récente Stratégie canadienne de réduction des émissions de gaz à effet de serre visant le milieu du siècle et à long terme comprenait les différents modèles du nucléaire pour atteindre les objectifs de forte réduction des émissions de GES d’ici 2050. Précédemment, à la COP21 de Paris, le Canada s’est joint à 21 autres pays en plus de l’Union européenne dans le but de créer Mission Innovation, un engagement à doubler l’investissement national dans l’innovation pour l’énergie propre sur une période de cinq ans.

En 2014, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU a conseillé de tripler le niveau de consommation énergétique provenant du nucléaire et de sources renouvelables afin de limiter le changement climatique à 2 degrés Celsius. Entre-temps, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a indiqué, dans ses Perspectives énergétiques mondiales de 2016, que limiter l’augmentation des températures mondiales à moins de 2 degrés Celsius nécessiterait d’accroître la production nucléaire mondiale de près de deux fois et demie d’ici 2040.

Or si nous voulons atteindre les cibles de réduction et limiter la hausse des températures mondiales à 1,5 degré Celsius, tout en demeurant sur la bonne voie pour réaliser les 17 objectifs du développement durable fixés par l’ONU, la communauté internationale doit continuer à promouvoir les technologies sobres en carbone, dont le nucléaire, et à investir dans ces technologies.

Des avancées majeures sont attendues dans le domaine de la technologie avancée de réacteurs et de combustibles plus efficaces, lesquels auront tous des applications nationales et mondiales très intéressantes. Les carburants hydrogènes, les réacteurs nucléaires à sels fondus et l’énergie de fusion sont des exemples de technologies d’énergie nucléaire de prochaine génération.

Presque toute la chaîne de valeur dans notre secteur nucléaire provient du Canada et lui appartient – des opérations minières à la technologie de réacteurs novateurs et jusqu’au déclassement éventuel –, ce qui nous dote d’ailleurs d’une main-d’œuvre précieuse et hautement qualifiée dans le domaine des technologies propres.

Il faut que les décideurs publics favorisent l’accès à un financement suffisant pour l’exportation des technologies propres canadiennes. Des avancées majeures sont attendues dans le domaine de la technologie avancée des petits réacteurs qui auront des applications nationales et mondiales très intéressantes. Or, cette occasion représente à la fois un potentiel de croissance mondiale et une technologie climato-responsable. Le Canada peut se donner un avantage concurrentiel dans ce domaine, pourvu que le soutien politique et financier vienne en temps opportun. Notre industrie nucléaire peut fournir plus qu’une énergie propre, puisqu’elle est aussi synonyme de solutions abordables et renouvelables ici, au Canada, de même qu’à l’échelle mondiale.