Rapatriement d’UHE aux États-Unis

Dans le cadre des efforts déployés par l’industrie nucléaire canadienne pour renforcer la sécurité dans le monde, les membres de l’industrie n’utilisent pas d’uranium hautement enrichi (UHE). Ce type d’uranium, qui peut servir à la fabrication d’armement, a été utilisé au Canada pour la recherche nucléaire et la production de radio-isotopes aux fins de diagnostic et de traitement de maladies, particulièrement le cancer.

L’UHE est l’un des trois types d’uranium :

  • L’uranium naturel renferme environ 0,7 % d’uranium 235, l’isotope fissile. Le reste est de l’uranium 238, qui n’est pas fissile. L’uranium naturel peut être utilisé dans les réacteurs CANDU.
  • L’uranium faiblement enrichi (UFE) a subi une transformation augmentant la concentration d’uranium 235 (généralement de l’ordre de 3 à 5 %). Il peut être utilisé dans presque n’importe quel réacteur nucléaire.
  • L’UHE a des concentrations d’uranium-235 entre 20% et 90%. Certains systèmes de PRM utilisent comme combustible l’UHE enrichi à environ 20%, alors que les armes nucléaires sont produites avec du UHE enrichi à 90%, ce qui les rend hautement réactifs.

HEU (French)

Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), qui exploite le laboratoire nucléaire national à Chalk River, en Ontario, se prépare à renvoyer aux États-Unis environ 160 kg d’UHE en vertu d’une entente canado-américaine conclue en 2010. L’uranium est stocké de façon sécuritaire sous deux formes : le combustible solide, que LNC a utilisé dans ses réacteurs de recherche dans les années 1950 et 1960, et des liquides contenant de l’uranium utilisé dans la production d’isotopes médicaux.

On a déjà commencé à expédier l’uranium solide vers le Savannah River Site, aux États-Unis, en vertu de l’entente. L’expédition des liquides renfermant de l’UHE a débuté suivant l’approbation d’un château de transport approprié en décembre 2014.  En vertu de l’entente canado-américaine, les expéditions devraient être terminées d’ici 2018.

 

Depuis plus de 50 ans, des matières radioactives sont acheminées de façon sécuritaire à l’échelle nationale et internationale – par transport routier, ferroviaire, maritime et aérien – et il n’y a jamais eu aucun incident entraînant une exposition au rayonnement. La CCSN et le World Nuclear Transport Institute expliquent détail les procédés de transport des matières nucléaires.

Les États-Unis se défont de l’uranium et du plutonium de qualité militaire dans le cadre de leur Global Threat Reduction Initiative. En vertu de cette initiative, plusieurs milliers de kg d’UHE et de plutonium ont été évacués de plus de 30 pays.

Le rapatriement de ces matières nucléaires aux États-Unis améliore la sécurité nucléaire du Canada et évite aux futures générations de Canadiens d’avoir à gérer ce risque pour la sécurité.