Effets sur le corps

Le rayonnement peut avoir différents effets sur le corps.

Une dose très élevée peut provoquer des brûlures sur la peau et un syndrome d’irradiation aiguë. En pareil cas, les symptômes se manifestent généralement dans les 24 heures. Le syndrome d’irradiation aiguë découle de lésions des organes et est parfois très sévère. Toutefois, les doses assez élevées pour provoquer ces symptômes sont extrêmement rares (quelques cas par an à l’échelle mondiale) et sont généralement associées au fait qu’une personne a été directement victime d’un accident nucléaire. Comme les symptômes se manifestant à la suite d’une dose élevée connue peuvent facilement être associés à des incidents particuliers, on les appelle souvent « effets déterministes ».

On s’inquiète généralement davantage des effets sur la santé à long terme d’une exposition habituelle à un niveau de rayonnement moins extrême. Plus précisément, cette exposition pourrait endommager l’ADN et provoquer par le fait même des formes de cancer ou des anomalies héréditaires. Ces effets relativement aléatoires et difficiles à retracer sont appelés « effets stochastiques ».

La nature aléatoire des effets stochastiques est attribuable à l’interaction du rayonnement ionisant dans le corps.

Lorsque le rayonnement arrache un électron de son orbite autour d’un atome, cet atome devient un ion et perd sa neutralité. Cela signifie qu’il est attiré vers d’autres molécules qui l’entourent et pourrait subir des réactions chimiques lui conférant une configuration différente de celle qu’il avait avant l’ionisation.

Chaque molécule d’ADN est une longue chaîne d’information qui guide le développement du corps. L’ionisation d’un atome dans cette chaîne pourrait essentiellement modifier le « code » régissant la composition du corps. Toutefois, il reste improbable qu’un incident d’ionisation cause une tumeur ou une anomalie : la plus grande partie de l’information que renferme l’ADN détermine des aspects non essentiels à la vie, par exemple la texture des cheveux ou la couleur des yeux. De surcroît, en cas de lésions de l’ADN, il arrive souvent que la chaîne ne puisse plus se répliquer – si bien que l’ADN endommagé n’est pas transmis à une autre génération. Ces lésions posent donc généralement problème lorsqu’elles touchent les gènes responsables de la suppression des tumeurs ou essentiels au développement d’un enfant.

Healthy and damaged DNA (French)

Il n’en demeure pas moins que l’ionisation et les lésions de l’ADN qui s’ensuivent sont des phénomènes parfaitement naturels, auxquels le corps humain fait face de façon remarquable. En effet, ces lésions surviennent de façon naturelle au rythme de plus de 1 000 « lésions » par cellule par jour – plus de 1 000 000 000 000 lésions de l’ADN dans le corps de chaque humain chaque jour en raison de processus naturels. Les défenses naturelles des cellules et du corps réparent la grande majorité de ces lésions sans qu’aucune maladie ne se manifeste. Le rayonnement aux niveaux d’exposition habituels contribue à moins de 2 % des lésions de l’ADN qui surviennent à tout moment dans le corps humain.

Les chercheurs comprennent depuis longtemps les effets sur la santé de l’exposition au rayonnement ionisant. Pour sa part, l’industrie nucléaire canadienne a adopté des pratiques extrêmement rigoureuses pour s’assurer que le niveau d’exposition demeure nettement inférieur aux limites établies et qu’il est régi par la réglementation du rayonnement.