Environnement

Lutte contre le changement climatique

L’Association nucléaire canadienne (ANC) se préoccupe de l’inaction en matière de lutte contre le changement climatique et préconise une campagne nationale efficace pour réduire les émissions. Cette campagne pourrait miser sur une solide alliance nationale, une déclaration de spécialistes nationaux sur le coût et les avantages de la lutte contre le changement climatique et une orientation stratégique claire assortie d’un suivi assidu.

Recherche sur les émissions

Les émissions et les polluants devraient constituer un aspect important dans la détermination du portefeuille énergétique de toute province ou de tout pays et les responsables des politiques devraient prendre en compte le cycle de vie de chaque mode de production d’électricité. Plusieurs études menées par l’industrie et des organisations internationales comparent les émissions globales des filières nucléaire, gazière et éolienne et des autres modes de production d’électricité.

Vie aquatique et utilisation des terres

On construit souvent les centrales électriques de toutes sortes sur la rive d’un cours d’eau ou d’un plan d’eau, afin d’avoir accès à l’eau nécessaire pour produire de la vapeur et assurer le refroidissement. Bien que les centrales nucléaires aient beaucoup moins d’effets sur les rives que les grands barrages hydroélectriques, elles consomment tout de même beaucoup d’eau. Les effets de l’énergie nucléaire sur l’habitat aquatique sont mineurs et bien gérés, mais il existe des moyens de les atténuer encore davantage.

Formation de tritium

Le tritium, sous-produit des centrales nucléaires, est une substance radioactive. Il est inoffensif à l’extérieur du corps, mais peut présenter un risque pour la santé en cas d’inhalation ou d’ingestion. L’industrie nucléaire canadienne a recours à plusieurs méthodes pour limiter l’exposition des personnes et de l’environnement au tritium.